low + pedro the lion – live au somerville theater le 5 février 2005

hier soir, un dernier concert en compagnie de carl avant son départ vers washington. devant le somerville theater, la foule se presse, mais pas à la française. parfois le côté discipliné des américains m’étonne: une longue file, en rang deux par deux, fait le tour du bâtiment, et apparemment ça ne viendrait á l’idée de personne de gruger. on se retrouve finalement au deuxième rang du balcon.

pedro the lion ouvre le bal avec leur imparable power-pop. faites une sorte de mélange entre grandaddy et les frank and walters, ajoutez un soupçon de voix de coldplay (mais pas trop), et donnez-leur le look de vos voisins d’en face, voilà pedro the lion. quelques sessions de questions-réponses avec le public nous indiquent qu’ils lisent peu, aiment les beatles, ont pas mal d’humour, et viennent de seattle (c’est là que ça se passe, non?). pour conclure le concert, une reprise de neil young (période on the beach) pendant laquelle le chanteur de low les rejoint pour un déluge sonique frissonnant. bravo!

puis les trois lascars de low se montrent. batterie inhabituelle car sans grosse caisse et jouée debout, à la moe tucker. leur dernier disque the great destroyer, produit par dave fridmann, est un tournant dans leur répertoire, délaissant les chansons lentes, calmes et minimalistes pour des rock songs plus rapides, denses et produites. certains adorent, d’autres sont perplexes. pour ma part the great destroyer m’enthousiasme mais je dois dire que sur scène, ce nouveau low passe moyennement bien. autant certains de leurs titres plus anciens m’ont collé la chair de poule, autant je crois qu’il manquait quelque chose pour que les nouveaux morceaux décollent, sans doute un instrument de plus. cela dit, c’était vraiment bien de les voir, et aussi de mesurer l’enthousiasme énorme d’un public d’âges divers pour un groupe finalement assez difficile d’accès.
le chanteur, alan sparhawk, a donné un chouette tip guitaristique, de son aveu volé à rien moins que def leppard (quel courage d’oser le dire devant un parterre d’indie-rockeux): en enclenchant une pédale à très fort gain (genre fuzz), on peut causer dans les micros de guitare électrique, et ca rend vraiment pas mal.

des extraits et d’autres photos chez bradley.

low chez chromewavessite de lowsite de pedro the lion

2 thoughts on “low + pedro the lion – live au somerville theater le 5 février 2005

  1. helmuth

    ca y est la nouvelle star c’est reparti et ca a l’air vraiment pas mal pas mal….
    tu veux qu’on t’envoie les cassettes ?

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *