the wedding present – middle east downstairs, 28 avril 2005

the wedding present - cambridge - middle east downstairs - apr 28 2005

revoir the wedding present, je ne pensais pas que ça arriverait. quand david gedge a décidé de se consacrer à cinerama et de laisser les violons jouer plus fort, j’ai bien cru que c’était la fin des guitares virevoltantes que j’aime tant. et pourtant, cette année, gedge reprend la route avec le wedding, suite à un nouvel album, take fountain. si ce dernier disque n’est pas aussi radical que par exemple son chef-d’oeuvre seamonsters produit par steve albini, il est quand même l’écrin d’un bon nombre de pépites pop, et de quelques envolées westernes tout à fait formidables. ce disque, je suis allé le chercher le jour de sa sortie, ça ne m’arrive plus que rarement.

the wedding present - cambridge - middle east downstairs - apr 28 2005

mais c’est vraiment sur scène que j’avais hâte de les retrouver. ce fut un déluge sonique ininterrompu d’une heure et demie. une set-list incroyable revisitant 20 ans de carrière, des premiers pas de 1986 (once more, what have i said now) au dernier album (queen anne, un sommet), en passant par le glorieux hit-parade de 92 (go go dancer, queen of outer space) et seamonsters (dare, à couper le souffle), sans oublier le tube kennedy. pendant cette chanson je me suis dit, c’est pas possible qu’ils jouent plus fort, et à ce moment là david gedge a pressé une pédale d’effet et le niveau sonore a encore augmenté. à part mogwai, j’ai jamais rien entendu d’aussi fort. c’était physiquement étrange, j’avais l’impression de perdre l’équilibre. une ressemblance étrange entre la bassiste du groupe et brenda chenowith, personnage central de la série six feet under.

the wedding present - cambridge - middle east downstairs - apr 28 2005

il vieillit bien, david gedge. toujours aussi sympa, toujours sa vieille fender noire rafistolée à la bande adhésive, toujours ses grimaces et ses cris, toujours ses chansons imparables, ce son dur et personnel. et je me suis revu, en 92, pendu chaque premier lundi du mois à la radio en attendant la première écoute du nouveau single du wedding. rétrospectivement, je ne vois pas ce qu’il pouvait y avoir de plus important.

the wedding present - cambridge - middle east downstairs - apr 28 2005

je me souviens, à bordeaux, au théatre barbey, avec benoît que j’ai perdu de vue. une autre fois avec jérôme, avec pierre, il y avait aussi les boo radleys, soirée inoubliable. encore une autre fois, un inconnu vraiment pas dans le trip indie rock m’avait raconté avec un enthousiasme incroyable qu’il avait acheté un jour par hasard une cassette d’eux (celle avec le joueur de foot, disait-il) dans une station service sur l’autoroute et que depuis il les suivait. il avait pris des photos avec un appareil jetable et pour se rapprocher, il grimpait sur les enceintes. c’est aussi la seule et unique fois de ma vie que je suis grimpé sur la scène pour plonger dans le public, pendant flying saucer.

the wedding present - cambridge - middle east downstairs - apr 28 2005

je me souviens, à paris, l’arapaho sous italie 2, plusieurs fois. jamais deux fois le même line-up, mais toujours la même énergie. avec guillaume, pierre (un autre). après lambchop et kurt wagner si étonné que sa musique plaise. c’était le temps des albums un peu moins bons (watusi, mini) mais, toujours, j’y trouvais quand même des chansons que j’aimais. tout se mélange dans ma mémoire, une fois, il y avait deux batteries. silver shorts avait été phénoménal. j’avais échangé par courrier une cassette au son pourri de ce concert, c’était au temps préhistorique pré-bittorrent.

enfin, jeudi soir, c’était plus que des retrouvaivec les gars de leeds, c’était un voyage dans le temps, c’était à nouveau la première fois que j’entendais dalliance, et j’étais déçu comme la première fois quand david gedge a dit “we never do encores”, “nous ne faisons jamais de rappel”.

the wedding present - cambridge - middle east downstairs - apr 28 2005

anne a pris toutes les photos que vous voyez.

la setlist:
on ramp/interstate 5 (take fountain) – crawl (three songs 1990) – drive (mini 1995) – queen anne (take fountain) – go go dancer (the hit parade 1992) – starry eyed (cinerama torino 2002) – spangle (watusi 1994) – my favourite dress (george best 1987) – venus (saturnalia 1996) – health & efficiency (cinerama torino 2002) – it’s for you (take fountain) – the queen of outer space (the hit parade 1992) – careless (cinerama torino 2002) – i’m from further north than you (take fountain) – kennedy (bizarro 1989) – perfect blue (take fountain) – once more (single 1986) – dalliance (seamonsters 1991) – dare (seamonsters 1991) – what have i said now? (bizarro 1989)

wedding present setlistwedding present t shirt
mes trésors wedding present: une set list piquée à la fin d’un concert vers la fin des nineties (un de ceux à l’arapaho je crois), un t-shirt à manches longues i just adore the wedding present qui date de la même époque (au dos du t-shirt, un garçon jaloux dit i hate them).

david lewis gedge et son groupe étaient les chouchous de john peel. voici un extrait d’une peel session de 1990.
mp3 wedding present-dalliance (peel session)

tiens, les temps modernes, ça y est, le concert est disponible en bittorrent sur dimeadozen (inscription nécessaire).

5 thoughts on “the wedding present – middle east downstairs, 28 avril 2005

  1. supermoumouth

    we never do encores… maintenant je sais quoi dire a la fin du premier concert de xxxx

    Reply
  2. godspeed

    Donc pour découvrir The Wedding Present, il vaut mieux que je commence par Seamonsters, c’est ça ?

    (d’ailleurs à partir de la semaine prochaine, c’est The Organ qui assure les 1ère parties : je suis frustré).

    Reply
  3. julien

    moumouth: on le connait le nom de ton groupe fais pas l’innocent 🙂 je savais pas que tu detestais les rappels! euh, attends…

    godspeed: oui seamonsters est une excellente introduction je pense. fonce! je crois que ca devrait te plaire. moi aussi j’aurais bien voulu voir the organ suite a ton lobbying 🙂 la premiere partie etait assuree par crystal skulls, c’etait bien mais j’etais trop dans l’excitation de l’attente pour en dire plus je crois…

    Reply
  4. manur

    Même remarque que gospeed.
    (Sauf en ce qui concerne The Organ.)

    L’arapaho existe encore, ça a changé de nom (j’ai oublié le nouveau) et c’est devenue une boîte de nuit à thème asie/tropiques. La terrible mensuelle Asia Folies (terrible si vous voulez rencontrer de jeunes & jolies asiatiques [je prends soin de ton classement google, Julien]) y fait parfois escale.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.